Le guide 2017 LMS & MOOC « Comment choisir sa plateforme ? »

L’édition 2017 du guide du FFFOD – LMS & MOOC « Comment choisir sa plateforme ? » est maintenant disponible.

Guide2017

Cette nouvelle édition intègre de nouvelles plates-formes propriétaires ainsi que les dernières  analyses des versions les plus récentes des LMS présents les années passées.

Elle fait le point également sur la tendance actuelle de l’adaptive learning.

Inscrivez-vous ICI pour recevoir le lien de téléchargement ou envoyez-nous un mail à fffod@orange.fr avec vos nom, prénom, organisme ou entreprise et adresse mail.

Source : http://www.fffod.org/

Publicités

Un premier MOOC dédié aux responsables formation

Un premier MOOC dédié aux responsables formation

Depuis le mois d’octobre, les responsables formation ont droit à leur propre MOOC ! Co-créé par l’AFFEN et l’Université de Caen, le cours « Former et développer les compétences », suivi par plus de 12 000 participants, a pour ambition de sensibiliser les professionnels de la formation aux compétences qu’ils doivent développer pour, à leur tour, faire grandir les salariés de leur entreprise.

Il y a tout juste un an, la société Unow faisait parler d’elle en lançant un MOOC dédié au digital RH, finalement suivi par plus de 5000 personnes. Un carton qui a inspiré l’Association française pour la formation en entreprise et les usages numériques (AFFEN) et l’Université de Caen, qui ont décidé de lancer leur propre cours en ligne à destination des responsables de la formation, et plus généralement des spécialistes de la sécurisation des parcours professionnels. Disponible sur la plateforme FUN, le MOOC « Former et développer les compétences » a débuté le 4 octobre dernier pour une durée globale de six semaines plus deux semaines optionnelles, à raison d’environ 3 heures par semaine. « L’objectif de ce MOOC est non seulement de montrer la cartographie de compétences requises chez les responsables formation mais aussi de les sensibiliser aux nouvelles compétences émergentes », explique Stéphane Diebold, fondateur de l’AFFEN et professeur à l’IAE de Caen. Comme ses homologues, ce MOOC, qui s’achèvera le 5 décembre, est constitué de ressources pédagogiques variées, savamment marketées par un conseiller en communication. Il y a notamment des vidéos d’experts de 15 minutes, des témoignages, des reportages, des fiches outils, des exercices interactifs (à partir de mises en situation et de QCM de synthèse), un espace de travail collaboratif…

Un podcast vidéo sur les neurosciences

En co-construisant ce MOOC, Stéphane Diebold a souhaité mettre l’accent sur plusieurs sujets : les dispositifs réglementaires, le plan de formation, le financement, la mesure d’impact, mais aussi la pédagogie (par exemple inversée) et le marketing. « L’objectif étant d’aider les experts du développement de la compétence à vendre une formation en interne », indique-t-il. Désormais incontournables, les nouvelles technologies font également l’objet de plusieurs heures de cours, même si le descriptif de la formation ne l’indique pas. Le MOOC aborde notamment les serious games, la réalité augmentée… A l’issue des six ou huit semaines de cours, les 12 200 inscrits pourront obtenir une attestation de suivi (payante). Sous réserve qu’ils aient obtenu 70 % de réussite aux exercices d’évaluation de l’épreuve d’examen à distance. En attendant de savoir combien de participants iront jusqu’au bout du programme, le fondateur de l’AFFEN travaille sur d’autres projets. « Nous allons lancer, en début d’année prochaine, une nouvelle forme de cursus, qui permettra aux inscrits de suivre des cours par morceaux. Ces podcasts vidéos d’1 heure seront diffusés sur la chaîne YouTube de l’AFFEN », confie Stéphane Diebold. Le premier portera sur les neurosciences et la formation. Il sera essentiellement composé d’interviews de personnalités du secteur.

Par Aurélie Tachot
source : http://exclusiverh.com/articles/social-learning/un-premier-mooc-dedie-aux-responsables-formation.htm

ForMetris crée un outil de coaching post-formation


L’après-formation est une étape délicate pour les salariés : lorsqu’ils retournent à leur poste, ils peinent souvent à appliquer les connaissances qu’ils ont apprises en formation. Pour favoriser ce transfert des acquis,
forMetris a mobilisé ses experts. Le résultat de leur travail ? Un programme d’auto-coaching en ligne boostant l’impact des formations comportementales.

Le transfert des connaissances est quasiment l’Arlésienne de la formation : c’est une action très attendue, mais qui se concrétise rarement…« Nous estimons à 42 % le nombre de salariés qui réussissent à mettre en œuvre l’essentiel de ce qu’ils ont appris en formation. L’une des solutions pour  sécuriser et décupler ce transfert, c’est l’accompagnement humain, qui peut se décliner sous la forme de coaching, de tutorat, de mentorat… Toutefois, cette option n’est pas toujours possible dans la mesure où les entreprises manquent souvent de ressources financières et humaines », explique Laurent Balagué, président de forMetris. Bien conscient que cette étape d’après-formation pouvait largement être optimisée, le spécialiste de l’évaluation a donc créé un outil numérique accessible en mode SaaS, permettant d’aider les apprenants à appliquer les savoirs acquis en session de formation. Comment ? En développant leur autonomie, à travers une approche qui active les leviers du transfert des connaissances. « La solution « Formetris Intelligent Learning » (FIL) invite les salariés à se poser des questions sur leurs objectifs individuels suite à la formation, les obstacles à anticiper pour réussir à les atteindre, les aides dont ils disposent, les éventuels freins dans leur entourage… L’objectif étant de les aider à construire leur plan d’action », précise-t-il.

Des activités tournées vers la réflexion

Construit en partenariat avec L’Oréal, IPSOS et bien d’autres, le programme FIL, qui n’a pas pour vocation de remplacer le travail d’un coach, ne se contente pas de poser des questions ouvertes à ses utilisateurs. A intervalle régulier (par exemple toutes les deux semaines), il suggère également des activités qui vont booster leur réflexion et, surtout, maintenir leur engagement. « Après avoir expliqué ce qu’était un bon objectif, nous proposons aux apprenants d’auto-évaluer le leur afin de les aider à l’affiner. Des tests psychométriques leur permettent également de savoir comment ils se positionnent face au changement »,illustre Laurent Balagué. Certaines activités favorisent également le passage à l’action. L’une d’entres elles permet aux apprenants cherchant à mettre en pratique leurs nouvelles connaissances d’obtenir des « quick wins ». Etant donné le caractère « personnel » que prend l’outil, dont le prix d’abonnement est confidentiel, forMetris s’engage à ne transmettre aucune information partagée dans le cadre de l’accompagnement. Plutôt dédiée aux salariés ayant suivi une formation managériale ou comportementale, cette solution est également déclinée en application mobile. Un device très pertinent pour créer des habitudes de changement, « les interactions étant plus courtes, mais plus nombreuses », conclut-il.

Par Aurélie Tachot
Source : http://exclusiverh.com/articles/outils-evaluation/formetris-cree-un-coaching-en-ligne-post-formation.htm

Le Digital : la potion magique de la formation ?

La formation, principal levier de la réussite et de la transformation des hommes et des entreprises, devrait voir tous ses voyants au vert tant les besoins sont importants. Et pourtant, les organismes de formation font le dos rond face à la fragilité de leur chiffre d’affaires : les salles ont du mal à se remplir et les entreprises regardent les budgets formation à la loupe. Examen de cet état de fait paradoxal.

La formation professionnelle : bilan de santé

Après des années de croissance, la formation professionnelle s’est lentement et fièrement endormie sur ses lauriers. Même si le succès n’est jamais simple à obtenir, pendant les « belles années », les organismes de formation n’ont pas eu à batailler durement pour défendre ou faire croître leur chiffre d’affaires. Alors quand la crise a brusquement obligé les entreprises à réduire toutes les dépenses, et dernièrement quand la réforme a changé les règles du jeu, les acteurs de la formation ont dû faire face rapidement et sans échauffement à une obligation d’adaptation, voire une reconfiguration salutaire. Sauf que pour la majorité, ce ne sont que de simples ajustements qui ont été pratiqués, pas assez pour retrouver une solide santé.

En 2015, la FFP annonçait -3 % de CA pour ses adhérents, Cegos annonçait -3,4 % de CA, mais plus inquiétants, -12 % de ses marges. Demos, après quelques années difficiles, a finalement trouvé un nouveau souffle avec son rachat par WEIDONG.

Mais pour la majorité des acteurs, les vrais changements de stratégie, d’offres et de pricing tardent à se dévoiler.

Les origines du mal

Mais où donc la machine est-elle grippée ?

La personnalisation

De notre voiture dont la liste des options ne cesse de s’allonger, à nos voyages faits à la carte, en passant par la coque de nos téléphones, la personnalisation n’est pas qu’un effet de mode, mais une vraie prise en compte des nos nouveaux besoins individuels.

Pour la formation dite « traditionnelle » (le mot est bien choisi), le terme « personnalisé » est parfois évoqué, mais il s’apparente plus souvent à un cadeau bonux qu’à une réelle prise en compte du profil et des attentes.

La souplesse

Là encore, on repassera. Même les MOOCs et SPOCs nous imposent généralement des dates, un parcours et des modalités pédagogiques fixes.

La mesure de la performance

Que ce soit le simple questionnaire de satisfaction à chaud avant de sortir de la salle, où les quiz de validation, eux aussi à chaud, en fin de module e-learning, force est de constater que peu d’acteurs se préoccupent d’accompagner la transposition des acquis théoriques en compétences pratiques, et encore moins d’apporter les méthodes et les outils pour mesurer la performance des formations.

La formation professionnelle, toujours très accrochée à son ancien modèle, « vend » de la contrainte :

  • contrainte de programme et de parcours,
  • contrainte de dates et de lieux,
  • contrainte de prix.

Quand on ajoute à cela, la dure réalité du CPF au regard de ses promesses, pas étonnant que cela commence à « coincer », même si tout espoir n’est pas perdu.

Face à ces constats, l’optimisme est pourtant de rigueur. Chahuté par un environnement économique qui se durcit, à des exigences du marché qui s’affirment, le marché garde un vaillant dynamisme :

Et les acteurs ont bien compris tous les enjeux de la Digitalisation de la formation, mais aussi ses atouts :

  • La fin de l’uniformité des parcours et des modalités.
  • Un accompagnement des apprenants dans la durée.
  • Un assouplissement des contraintes de temps et d’accès.
  • Une souplesse tarifaire.

À toute chose malheur est bon, la formation est chahutée, mais génétiquement regonflée au Digital, elle a un grand avenir devant elle.

Source : https://digital-learning-academy.com/event/68-digital-bouee-sauvetage-formation-pro/?goal=0_64fe999cb7-836c5bc17a-205335525

Ouverture des inscriptions MOOC « Apprendre et faire apprendre » | IFIC

Ce MOOC invite à découvrir l’apprentissage sous ses différentes formes à travers les principaux modèles qui ont été proposés pour décrire et comprendre comment l’individu acquiert de nouvelles connaissances et de nouveaux savoir-faire. Loin de la vision classique, souvent véhiculée par l’ scolaire, ce MOCC offre l’occasion d’apprécier la diversité des points de vue proposés par les nombreux chercheurs qui se sont efforcés de comprendre comment l’apprentissage se met en place au quotidien, mais aussi comment, dans des contextes très variés, il est possible d’intervenir pour le favoriser.

La formation se déroule en six semaines et propose différents types de supports d’apprentissage : capsules d’apprentissage vidéo, tests formatifs et certificatifs, matériel d’enrichissement… :
Module 1 : Introduction aux modèles d’apprentissage et d’enseignement
Module 2 : Apprentissage par association : du béhaviorisme au néo-béhaviorisme
Module 3 : Apprentissage par représentation : de la psychologie de la forme au cognitivisme
Module 4 : De la représentation des connaissances au constructivisme
Module 5 : Néo-constructivisme et approches récentes de l’apprentissage
Module 6 : Les modèles d’enseignement

Démarrage de la le 19 septembre 2016.

Rejoignez le groupe Facebook du MOOC pour échanger.

Coursera s’attaque à la formation en ligne

Par Lefigaro.fr avec AFP Mis à jour le 31/08/2016 à 22:35

Le spécialiste américain des cours universitaires en ligne Coursera s’attaque au monde de l’entreprise, avec le lancement annoncé lundi d’une nouvelle version de sa plateforme destinée à améliorer les talents et les carrières des salariés.
Comme pour les cours massifs ouverts en ligne (MOOCs) déjà proposés gratuitement au grand public par la plateforme, « Coursera for Business » permet aux entreprises de piocher dans des cours créés par des universités, des grandes écoles ou des organisations éducatives pour assurer la formation continue de leurs salariés.
C’est toutefois cette fois un produit payant, les entreprises étant facturées en fonction du nombre d’utilisateurs, généralement à hauteur de 79 dollars par personne.

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/08/31/97002-20160831FILWWW00404-coursera-s-attaque-a-la-formation-en-ligne.php

REVUE DE PRESSE – Gamification & Adaptive learning

Au sommaire : une appli qui gamifie la formation des salariés, un rapport coup de poing sur l’adaptive learning et les nouveaux outils de Google pour les classes.

Un acteur de la gamification des apprentissages lève 7 millions DE DOLLARS

GamEffective, une start-up basée en Caroline du Nord, poursuit sa croissance : elle vient de lever 7 millions de dollars auprès de divers investisseurs, un peu plus d’un an après en avoir levé 3 millions. Son concept : une plate-forme permettant de « gamifier » et de personnaliser les apprentissages, à destination des salariés d’une entreprise (en particulier les commerciaux). L’idée est de permettre à ces salariés d’apprendre tout le temps et à n’importe quel moment, sur leurs téléphones portables, et au moyen de jeux engageants.

L’application permet aussi de se fixer des objectifs, suivre ses progrès, comparer ses performances, recevoir un feed-back immédiat sur ses besoins de formation… Les entreprises peuvent utiliser la plate-forme pour définir des objectifs différents pour chacun de leurs employés. Au total, GamEffective emploie 40 personnes, et compte parmi ses clients de nombreuses grosses entreprises, selon Venture Beat.

À lire sur Venture Beat

Un rapport met en doute l’efficacité de l’adaptive learning

C’est un pavé dans la mare. Une étude sur les effets de l’adaptive learning (ces cours en ligne qui s’adaptent à chaque élève selon son rythme et ses progrès), menée auprès de 19.000 étudiants dans 14 universités américaines, vient de montrer que cette méthode avait globalement peu d’effets. En particulier sur les taux de réussite et les notes des étudiants. Au mieux, les bénéfices étaient marginaux. De même, la mise en place de cours en adaptive learning ne conduit pas à de substantielles économies pour les universités.

Toutefois, tout n’est pas noir pour l’adaptive learning. Le rapport montre que cette technologie semble être un peu plus efficace pour les cours de remise à niveau ou de rattrapage que pour les cours d’introduction à une discipline. Les cours en « adaptive » semblaient aussi plus concluants dans les community colleges que dans les bachelors universitaires en quatre ans.

À lire sur Inside Higher Ed

Google lance de nouveaux outils pour les classes

Google vient de lancer de nouveaux outils en libre accès à destination des enseignants et des élèves. La premier est une application nommée Expeditions (disponible sur Android uniquement pour le moment), qui donne accès à 200 visites de sites, musées ou monuments en réalité virtuelle. La firme a également inauguré Cast for Education, qui permet à un élève ou à un professeur de partager son écran avec la salle en le projetant sur un mur ou un écran face à la classe.

Google a aussi lancé une fonction quiz dans Google Forms. Une fonction spécialement pensée pour permettre aux professeurs de créer rapidement des quiz à partager, et monitorer les résultats de leurs élèves. Enfin, Google a annoncé la sortie de Project Bloks, un jeu dans lequel les élèves apprennent le code en programmant de petites machines.

À lire sur EdSurge

Source : http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/gamification-de-la-formation-continue-et-adaptive-learning-en-question-l-innovation-made-in-usa.html