Coup de théâtre sur le marché des RH ! Huit mois après avoir levé 25 millions d’euros auprès de Goldman Sachs,Talentsoft annonce, ce vendredi, avoir mis la main sur l’une des dernières sociétés indépendantes du segment de l’e-learning : e-doceo, qui a généré, en 2015, 8 millions de chiffre d’affaires. Grâce à cette troisième acquisition, après RFlex et PeopleXS, l’expert de la gestion des talents élargit sa couverture fonctionnelle et propose une suite intégrée couvrant le recrutement jusqu’au développement continu des collaborateurs, comme l’explique Jean-Stéphane Arcis, PDG de Talentsoft.

Pourquoi avez-vous racheté e-doceo ?

Nous sommes partenaires d’e-doceo depuis deux ans. Nous dénombrons des dizaines de clients communs dont Monoprix et SPIE, qui accèdent, depuis la plateforme Mon Talentsoft, aux modules de formation d’e-doceo. Puisque les intégrations de nos solutions se sont bien déroulées, nous avons choisi de nous associer davantage. D’autant que l’approche d’e-doceo correspond à la tendance que nous percevons : celle de ne plus acheter des contenus sur étagère créés par des studios de création, mais de permettre à des experts métiers de capturer et partager un savoir faire de l’entreprise.

Quelles sont les synergies entre e-doceo et Talentsoft ?

La suite Talentsoft ne disposait, jusqu’ici, que d’un module de gestion de la , plébiscité par une centaine de clients, mais pas de plateforme LMS ou d’outil dédié à la création de contenus pédagogiques. Il nous manquait ainsi ces deux cordes à notre arc. En rachetant e-doceo, nous élargissons donc notre couverture fonctionnelle. Nos outils sont tellement complémentaires que cette acquisition n’aboutit à aucun recouvrement fonctionnel, ce qui est rare ! Ce rapprochement nous permet aussi de consolider notre R&D, désormais constituée de 150 développeurs basés en France.

Votre suite répond désormais à la majorité des processus liés à la gestion du capital humain. Quelles autres acquisitions pourraient vous intéresser ces prochaines années ?

Nous ne nous positionnerons pas dans la paie si c’est ce que sous-entend la question ! Cette année, notre priorité va d’abord être d’intégrer les équipes d’e-doceo aux nôtres puis de proposer, à notre communauté de 1500 clients, nos nouveaux modules LMS et LMCS. Nous espérons, par ailleurs, atteindre les 45 millions de revenus d’ici la fin de l’année. Puis, en 2017, nous resterons à l’affût des pépites innovantes qui sont spécialisées dans les mêmes domaines fonctionnels que nous. Celles qui sont bien implantées en Amérique du Nord pourraient, par exemple, nous intéresser.