Cahier spécial AGEFOS PME : focus sur la réforme de la formation professionnelle


 Pour 2016, le plan de formation des PME semble avant tout guidé par la dynamique économique et l’obligation légale.

Une embellie économique qui se dessine pour 2016 et qui semblerait soutenir le plan de formation des PME cette année

Enseignement de l’étude, la hausse significative des entreprises déclarant être dotées d’un plan de formation en 2015 : 51 % (+ 18 points / 2015). L’intérêt des entreprises pour le plan de formation ne paraît pas se démentir, puisque 60 % des dirigeants interrogés envisagent de mettre en place un plan de formation en 2016 (82 % parmi les seules PME). Ce phénomène s’explique par une conjugaison de facteurs, au premier rang desquels la légère embellie des indicateurs liés à l’activité économique, dont témoignent également les perspectives de recrutement à la hausse. Autre paramètre ayant contribué à la prise de conscience des entreprises en matière de formation : l’effort d’information et de sensibilisation déployé tout au long de l’année 2015 par l’ensemble des acteurs du secteur de la formation professionnelle.

Gérer l’évolution des métiers est l’objectif principal visé par l’investissement formation des TPE-PME (34 %, + 9 points par rapport à 2014) suivi par l’obligation légale (26 %) et l’évolution des marchés (23 %). En 2016, on constate une stabilité des thématiques de formation : 58 % des entreprises vont investir dans des formations obligatoires, 55 % dans des formations techniques « cœur de métier » et 44 % dans des formations sur la qualité.

Pour financer ces formations, si 40 % des PME déclarent rester à l’obligation légale, près du quart des entreprises (23 %) disent avoir eu un budget supérieur à celle-ci en 2015. Au global, 31 % des entreprises estiment que leur budget formation est en hausse ces dernières années. 79 % des PME réalisaient des versements volontaires auprès de leur OPCA, mais seulement 39 % envisagent de continuer à en effectuer (à noter que cette proportion s’améliore cependant de 13 points par rapport à 2015).
76 % des dirigeants indiquent que l’offre de formation est de qualité. Cependant, seuls 56 % l’estiment disponible sur l’ensemble du territoire (- 8 points).

Christine LODEWYCKX-GRANGER, Présidente nationale et Philippe ROSAY Vice-président national d’AGEFOS PME, restent partagés sur l’atterrissage 2016 des plans de formation des PME : « Malgré l’éclairage de cette étude, il reste difficile de mesurer l’impact réel de la réforme sur le plan de formation des PME à ce jour. En effet, ce n’est que courant 2016 que les PME seront réellement confrontées à la baisse des ressources mutualisées sur le plan de formation. Et faute d’alternative, elles risquent de renoncer à leur investissement formation, ou le réduire significativement ».

CPF : un dispositif qui s’inscrit dans la durée et demande un effort continu d’information des TPE-PME et de leurs salariés

Si 59 % des dirigeants ont entendu parler du Compte personnel formation (CPF), seuls 21 % estiment avoir une bonne connaissance du dispositif, avec un degré de connaissance qui croit avec la taille de l’entreprise (11 % parmi les dirigeants de TPE contre 53 % chez les patrons de PME).

Côté salariés, 74 % déclarent avoir entendu parler du CPF, mais cette forte notoriété n’empêche pas un faible niveau de connaissance : seuls 21 % déclarent avoir un bon, voire très bon niveau de connaissance du dispositif. Dans les 12 mois à venir, 15 % des salariés envisagent d’avoir recours au CPF et 43 % ne savent pas s’ils l’utiliseront.

L’entretien professionnel s’installe dans les pratiques

La loi du 5 mars a également institutionnalisé les entretiens professionnels à réaliser tous les deux ans, dispositif complété par un état des lieux récapitulatif tous les six ans. Cette nouvelle obligation obtient l’aval des salariés, qui y sont favorables à 86 %. Du côté employeur, 75 % des dirigeants d’entreprises de 50 salariés et plus pensent que l’objectif de former au moins une fois leurs collaborateurs tous les six ans est atteignable et 48 % qu’il est réaliste de les faire évoluer au plan salarial ou professionnel au cours de la même période.

Dans les faits, la notoriété du dispositif reste faible et dépend surtout de la taille de l’entreprise. Si en moyenne, 44 % des dirigeants sont informés de cette nouvelle obligation, 78 % des PME en ont connaissance, et le taux monte à 97 % dans les entreprises de 50 à 299 collaborateurs. 41 % des salariés sont quant à eux informés de cette obligation.

Consulter les résultats de l’étude

http://www.agefos-pme.com/fileadmin/user_upload/10-Master/50-Nous-connaitre/pdf/AGEFOS_PME_Perspectives_2016_def.pdf

 

Advertisements

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :