Se former aux big data, ça booste son entreprise… et sa carrière


Trois salariés formés aux big data racontent en quoi consiste cette formation continue, et pourquoi elle leur est utile.

Les entreprises s’arrachent les rares data scientists présents sur le marché de l’emploi. Face à la pénurie, elles se tournent vers la formation continue de leurs salariés pour trouver la perle rare. Les écoles et organismes qui peuvent former ces profils recherchés sont très rares et leurs stages de formation continue sont pleins. Nous avons demandé à trois salariés ayant suivi une formation aux big data de raconter leur expérience, et ce que cette nouvelle science leur apporte, à eux et à leur entreprise.

« Cela va permettre de faire évoluer mon entreprise vers de nouveaux services« 

Titulaire d’un DEA de chimie informatique et docteur en biologie structurelle, Marie-Aude Coutouly, 37 ans, est chef de projet en informatique chez NMRTEC (6 salariés, Bas-Rhin), une petite société de services qui réalise des analyses par spectroscopie en résonance magnétique nucléaire (RMN), pour la recherche et le développement de médicaments. « Je développe un logiciel de traitement du signal pour la RMN, explique-t-elle. Nous avons besoin d’utiliser beaucoup de données, donc de résoudre des problèmes via l’informatique. L’utilisation de l’infrarouge produit un nombre beaucoup plus important de données, se plonger dans la data science est la suite logique de mon activité…  »

Marie-Aude a dû s’intéresser à la gestion et au partage des gros fichiers. Elle a cherché une formation, sa société lui a donné son feu vert pour suivre le Data Science Starter Program de Polytechnique (120 heures). « Même si je fais de la programmation, je n’étais pas si bien préparée que ça, et j’ai beaucoup appris sur les statistiques, les data science models. Ca m’a ouvert l’esprit sur les possibilités des data sciences, et va permettre de faire évoluer mon entreprise vers de nouveaux services que nous serons les seuls à proposer, avec en plus un traitement plus rapide des données. »

Depuis la fin du programme de Polytechnique, Marie-Aude continue à se former, mais seule, cette fois, sur internet, grâce aux challenges de data science. « Les data scientists s’affrontent sur des cas concrets proposés par Axa, Cdiscount… Ca me permet de parfaire mes connaissances et d’échanger avec les autres data scientists. » Et du coup, de se faire connaître dans cette toute petite communauté.

« je voulais avoir un vernis commercial et une approche métiers »

Bouba Sylla a suivi une formation d’ingénieur décisionnel, spécialisation informatique. Il travaille dans une entreprise de services numériques de 500 personnes dont les clients se trouvent surtout dans le secteur financier et la logistique. C’est lui qui a eu l’envie de suivre une formation sur les big data. « J’ai dû convaincre mon employeur de l’utilité de se positionner sur ces compétences de niche. Ensuite, nous pourrons proposer de nouveaux services à nos clients, qui vont de plus en plus avoir besoin d’une approche big data. »

Sur une de ses missions, il avait remarqué qu’un client avait besoin d’exploiter ses données, et avait recouru à un prestataire externe pour le faire. « Trois ans plus tard, il disposait d’une petite équipe interne. Les clients sont mûrs ! » Son objectif en suivant cette formation proposée par Centrale/Supélec : « avoir un vernis commercial et une approche métiers, et surtout entendre des témoignages d’entreprises ayant mis en œuvre de projets big data ». L’informaticien avait surtout besoin de comprendre comment les big data peuvent répondre aux besoins d’une entreprise.

« Les cas qu’on nous a présentés étaient très variés, qu’il s’agisse de regrouper des données dispersées dans l’entreprise, ou de l’utilisation des big data pour suivre les réseaux sociaux donc son e-réputation. » Bouba Sylla a suivi le premier module de deux  jours (Enjeux, perspectives et panorama) d’un programme « Big data pour l’entreprise numérique » étalé sur 120 jours. Aujourd’hui, Bouba Sylla cherche un financement pour suivre les modules 2 et 3 du programme, consacrés aux enjeux juridiques et aux technologies. Cette formation devrait lui permettre de faire évoluer son poste : son entreprise envisage de créer une entité spécialisée dans les ressources big data, il entend bien manifester son intérêt.

« C’est le moyen de compléter ma boîte à outils personnelle »

« Se former aux big data, c’est le moyen à la fois de compléter ma boîte à outils personnelle sur les data sciences, et de pouvoir développer de nouvelles solutions pour nos clients », explique Raphaël Lechallier, programm architect chez Salesforce, éditeur de logiciels Saas. Chaque salarié dispose d’un budget annuel pour se former, et l’an dernier, l’informaticien a décidé de suivre le programme long de Polytechnique. « Il fallait que j’identifie les tendances, que je connaisse les acteurs, l’impact de cette technologie, sa valeur ajoutée. »

A côté de cette découverte des enjeux des big data, des applications possibles, le contenu de la formation est très technique, « avec une forte dimension algorithmes et programmation », souligne-t-il. Très content d’une formation « qui a confirmé que notre orientation vers les big data était la bonne », Raphaël Lechallier estime pouvoir, désormais, proposer de nouveaux services à ses clients.

« La part de la data science va continuer de progresser dans l’économie. L’étape d’après, c’est de pouvoir visualiser les données sans faire de développement. » Se former était une initiative personnelle, mais qui allait dans le sens d’une orientation vers les big data décidée par sa direction. D’autres salariés de Salesforce partiront en formation.

Cécile Maillard
Source :http://www.usine-digitale.fr/article/se-former-aux-big-data-ca-booste-son-entreprise-et-sa-carriere.N339310

Publicités

,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :