Contre le chômage record dans le numérique : inciter à la formation continue


Selon les derniers chiffres de Pôle emploi, le nombre de chômeurs dans l’informatique et les télécommunications a franchi un niveau qu’il n’avait plus connu depuis 2005. Dans le même temps, les entreprises du secteur se creusent la tête pour recruter les talents dont elles ont besoin. Pour réduire l’écart, la branche a décidé d’abonder le compte personnel de formation des salariés.

La révolution numérique va trop vite pour les milliers de salariés du secteur… Alors que les entreprises peinent à trouver les spécialistes dont elles ont besoin, le chômage des informaticiens bat des records. Les chiffres publiés mercredi 26 août par Pôle emploi montrent une hausse de 2% des inscrits en juillet par rapport à juin, pour atteindre un nombre de 46000 chômeurs dans l’informatique et les télécommunications. Ce niveau n’avait plus été atteint depuis janvier 2005, selon Manpower. En 2008, on recensait 19100 inscrits seulement dans cette catégorie.

Contre le chômage record dans le numérique : inciter à la formation continue

La raison est connue : l’inadéquation entre l’offre et la demande sur ce marché du travail. Les entreprises recherchent des développeurs spécialisés, des informaticiens maîtrisant le big data, le cloud, les applications mobiles… Autant de compétences que ne possèdent pas forcément les informaticiens de quarante ans. Le président du Syntec numérique, Guy Mamou-Mani, alerte régulièrement sur les offres d’emploi non pourvues dans son secteur, qui selon lui crée 10000 emplois nets par an.

 

La branche abonde le CPF de ses salariés

Une seule solution à ce paradoxe : la formation. Et, bonne nouvelle, la branche vient de décider d’abonder le compte personnel de formation (CPF) de ses salariés. Depuis le 1er août, s’ils décident d’utiliser leurs heures de formation pour une des certifications professionnelles poussées par les employeurs, ceux-ci prendront intégralement en charge les heures supplémentaires nécessaires. Pour les autres formations, le nombre d’heures utilisé par le salarié sera doublé.

Le Fafiec, organisme de financement de la formation du numérique, a par ailleurs décidé d’augmenter l’enveloppe destinée à la formation des salariés des TPE et PME et de financer tous les bilans de compétences.

Ce n’est pas la première mobilisation des entreprises du numérique en faveur d’une adaptation des compétences à leurs besoins. Depuis quelques mois, dans plusieurs régions, des accords ont été trouvés avec Pôle emploi pour mettre en place des « préparations opérationnelles à l’emploi » (POE). Ce dispositif permet à des chômeurs, anciens de l’informatique ou nouveaux-venus en reconversion, de se former pour répondre aux besoins précis d’entreprises identifiées.

Autant de solutions qui permettront non seulement de lutter contre le chômage mais aussi d’accompagner le développement des entreprises.

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :