En Languedoc-Roussillon, BTP et nettoyage s’attaquent à l’illettrisme


Hubert Vialatte / Correspondant à Montpellier | Le 08/03 à 16:21, mis à jour le 09/03 à 17:19

Les branches professionnelles et les entreprises mettent en place des formations à la maîtrise des savoirs fondamentaux

« J’ai oublié mes lunettes » , « Remplis le formulaire toi-même, tu écris mieux que moi », « non, je préfère refuser cette proposition de formation »… Les salariés frappés d’illettrisme savent user de stratégies de contournement pour masquer un handicap dont ils ont souvent honte, relève Christine Vounatsos, responsable du pôle entreprise de Mayor Formation dans l’ Hérault. Depuis 10 ans, cet organisme forme 500 stagiaires à la maîtrise des savoirs fondamentaux chaque année en Languedoc-Roussillon. Les actions sont financées par les OPCA des branches professionnelle concernées, comme le BTP (200 stagiaires formés entre 2011 et 2014, pour 850.000 euros) ou l’agro-alimentaire (138.000 euros en 2014, au lieu de 56.000 euros en 2012). L’illettrisme, entrave au quotidien, l’est naturellement aussi en entreprise. « Dans les services à la personne, il faut savoir lire une liste de courses, l’heure de sortie de l’école des enfants, la posologie des médicaments pour les personnes âgées… », raconte Christine Vounatsos. Issa Konaté, un Malien responsable de collecte pour le Groupe Nicollin (collecte d’ordures ménagères et nettoyage urbain), témoigne dans un film interne : « Quand le camion tombe en panne, et qu’on ne sait même pas lire le nom de la rue où l’on se trouve… » La sécurité est également en jeu, certaines consignes de sécurité pouvant être incomprises.

Décrocher le permis poids lourds

Depuis 2008, Urbaser, qui emploie une part importante de population étrangère, forme chaque année quatre à cinq salariés. « Une personne illettrée ne peut pas évoluer. Or, rester cantonné à un poste d’équipier de collecte ou de trieur, ça devient compliqué passé 50 ans, du fait des charges à porter », explique la DRH Marie-Isabelle Garcia. Nicollin débourse environ 50.000 euros par an depuis 2007 . 40 personnes ont suivi des formations, dont un groupe de Maliens employés à l’agence de Champigny-sur-Marne en Ile de France. Certains ne pouvant pas lire ont pu décrocher leur permis poids lourd et la Fimo (formation initiale minimale obligatoire), et ainsi évoluer dans la société. L’ETI dont le siège social se trouve dans l’Hérault compte 4 500 salariés. Mais elle a plus de mal à déployer ce dispositif sur ses terres, en Languedoc-Roussillon. « Les origines des publics sont plus disparates, et certains effectifs n’acceptent pas d’être identifiés comme ayant des difficultés. ». La décision de lancer une formation ne suffit pas à sa réussite. Il faut une implication de l’encadrement, des précautions de langage et une volonté du salarié. « Le salarié a souvent envie, mais quand il se retrouve sur le banc, ça peut devenir compliqué  », explique Marie-Isabelle Garcia. Mais l’émotion peut aussi etre forte. Olivier Giorgiucci d’Eiffage TP Hérault qui forme chaque année 10 à 12 salariés se souvient avec émotion d’avoir vu un de ses salariés était en pleurs lors du dernier jour du stage et racontant qu’il avait été capable de faire faire ses devoirs à sa fille. «  Après ça, les gens ont la fierté d’appartenir à une entreprise qui les a aidé à sortir de l’ornière. » ajoute le responsable.

1.000 salariés formés chez Carrefour

Dictée, lecture et écriture : chaque lundi, Valérie Poirier, vendeuse chez Carrefour, retourne à l’école. Elle fait partie des 150 salariés de l’enseigne de grande distribution qui suivent cette année le programme « Evolupro », destiné à réapprendre les bases du français aux salariés volontaires. Titulaire d’un CAP de couture et « orientée » à treize ans, selon ses propres termes, Valérie Poirier se sentait en difficulté face à l’écrit. « Sur mon lieu de travail, on nous donne souvent des notices techniques. Il faut lire de plus en plus de choses », rapporte-t-elle. Le programme « Evolupro » cible des employés, des magasiniers, des hôtes ou hôtesses de caisse.

La formation dispensée pendant neuf mois à raison d’un jour par semaine est assurée par un organisme extérieur, Ameri Formation. Coût pour l’entreprise : 150 euros par personne et par an, sur un budget formation total de 65 millions d’euros.Les cours sont assurés en petits groupes d’une dizaine de personnes, et les apprentissages systématiquement reliés au contexte professionnel dans lequel évolue le salarié, à travers des cas pratiques. A l’issue de la formation, une cérémonie est organisée et les « élèves » reçoivent un diplôme interne à l’entreprise. « Je me sens moins angoissée qu’à l’école. On est entourés de collègues : on prend confiance en nous », raconte Valérie Poirier.Le travail a changé, relève de son côté Isabelle Calvez, la directrice des ressources humaines France du groupe. Paradoxalement, l’informatisation des métiers génère de plus en plus d’écrits. Un employé de Carrefour doit être capable de lire un SMS, de remplir des listings, de comprendre des notices parfois complexes. « Nous embauchons certaines personnes sans qualification, ou qui ne sont jamais allées à l’école », souligne la DRH, qui insiste sur le rôle éducatif qu’assure ainsi l’entreprise. « Nous accompagnons des personnes en difficulté professionnelle et sociale. Nous leur permettons de progresser et cela crée un fort attachement à l’entreprise », assure Isabelle Calvez.Depuis 2008, Carrefour France a formé 1.000 salariés aux bases de la langue française. M.-C. M.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/pme-regions/actualite-pme/0204209177139-en-languedoc-roussillon-btp-et-nettoyage-sattaquent-a-lillettrisme-1099914.php?LPHfAkllTGLPB761.99#

Advertisements
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :