Mon retour d’expérience sur le MOOC Economie circulaire et innovation


J’ai suivi avec assiduité ce MOOC très bien construit sur l’économie circulaire et l’innovation et j’ai appris plein de choses. Je n’avais pas encore testé FUN, la plateforme universitaire de France pour les MOOC mais je dois admettre que je suis agréablement surprise. Cela m’a permis de faire le tour d’une question complexe et de construire ma propre opinion durant 5 semaines d’apprentissages. C’est encore à mon goût un peu universitaire, sur le principe vidéo / QCM compliqué et devoir à rendre mais les contenus sont intéressants. Certains cours abordés sont encore un peu théoriques tandis que d’autres s’appuient sur des expériences et sont une approches pragmatiques, et ça c’est vraiment intéressant !

Le programme pour ceux que cela intéresse : https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/c4x/uved/34001/asset/Programme_du_cours.pdf

Ma réponse aux questions posées au cours de ce MOOC :

L’économie circulaire est elle compatible avec la croissance ? Sinon, quels sont les leviers pour réduire l’écart ?

La croissance est un indicateur positif de la société de consommation moderne, intégré dans un concept économique plus large qui est l’économie de marché. En effet, la croissance, si on s’en tient à sa définition économique, c’est l’augmentation de la production et le développement des facteurs de production (PNB).

La croissance, qui est recherchée dans une économie de marché, repose sur un schéma simple (et simplifié ci-dessous), qui date du 19eme siècle :
> Produire des biens fournit du travail, ce qui permet de consommer plus, ce qui permet de produire plus. Ce qui créer de la croissance. Selon la majorité des économistes, cela se fait plus ou moins tout seul. Comme par magie.

D’un point de vue plus philosophique, on peut voir la croissance comme le résultat d’un cercle économique vertueux dans lequel la population :
– se développe, car elle créée plus de valeur,
– est plus prospère car elle accède à plus de biens,
– est heureuse car le développement permet de fournir un travail, donc une position sociale.

On voit ici que les besoins de l’Homme, exprimés dans la pyramide de MASLOW, peuvent être comblés avec ce modèle capitaliste aujourd’hui mondialement appliqué. Ce qui a été le cas entre la révolution industrielle et la révolution numérique, c’est à dire jusqu’au début des années 90.

Bien entendu, c’est évidant que la croissance, telle qu’elle est définie économiquement aujourd’hui ne peut être compatible avec une économie circulaire qui prône de consommer mieux mais moins, et de produire moins avec moins de ressources. Je rappelle que les savants calculs experts estiment que la croissance doit être de 1% maximum si on veut être dans une économie circulaire, tous les rendements de production et de recyclage étant optimisés e amont.

Mais alors, pourquoi la Croissance est-elle toujours brandie comme trophée d’une réussite collective et porteuse d’espoir ? Si on extrapole l’inconscient collectif, la croissance est nécessaire car elle permet de répondre à nos besoins, tout simplement.
Alors, si l’objectif est de trouver un système économique qui permettrait de répondre à nos besoins, la question à laquelle il serait intéressant de répondre est :
Quels sont nos besoins individuels et collectifs dans la société aujourd’hui ? L’économie circulaire peut-elle y répondre ?

Sans lister de manière exhaustive les besoins collectifs, je cite ceux qui me viennent à l’esprit :

– Se nourrir : garantir nos capacités de production alimentaire
– Pourvoir à nos besoins matériels (se loger, s’habiller): c’est à dire garantir nos capacités de production et notre consommation d’énergie
– Accéder à des services publics ou collectifs (transports, éducation, etc …)
– Se réaliser à travers la culture, l’éducation, le travail, l’utilité dans la société …

Lorsque je reprends la définition de l’économie circulaire de Jean-Claude LEVY, c’est « Comment restituer dans nos systèmes de production de consommation et d’échanges, les matières premières que nous avons extraites de sorte qu’elles puissent être réinjectées dans les grands cycles de la vie (nature et biosphère) ».

Si je précise cette définition en intégrant nos besoins collectifs, cette définition serait :

« Comment restituer dans nos systèmes de production, de consommation et d’échanges, qui doivent permettre de nous nourrir, de produire, de créer de la valeur et de se réaliser en tant qu’individu et collectivement dans une société, les matières premières que nous avons extraites, de sorte qu’elles puissent être réinjectées dans les grands cycles de la vie (nature et biosphère)».

J’arrive maintenant à lister les leviers qui me paraissent intéressants et qui semblent répondre à cette équation.

Tout d’abord, je citerai les leviers qui permettent de créer de l’emploi et de la valeur dans la société que nous avons abordés dans ce MOOC. Si ces différents leviers sont des marchés d’avenir, ils seront générateurs d’emploi, de valeur, de production et devraient faire l’objet de recherche et d’amélioration continue.

Tous ces domaines peuvent être compatibles avec l’économie circulaire.

> Repenser les métabolismes des produits de consommation courant : ce sont les actions auprès du consommateur et des entreprises qui nous permettront de mieux consommer en consommant moins. L’ingénierie qui doit être développée, la communication, les actions collectives sont obligatoirement un domaine créateur d’emploi.

> Économiser et mieux produire l’énergie, notamment tous les secteurs de l’énergie verte en vois de développement

> Traiter les déchets : marché d’avenir, il ne s’agit pas seulement de traiter les déchets mais également de repenser la production en amont pour réduire et faciliter à la base le recyclage des déchets. Ce marché est également porteur d’avenir et créateur d’emploi et de valeur.

> Garantir la production alimentaire mondiale : optimiser l’agriculture, sauvegarder la qualité des sols, proposer de nouveaux modes de culture.

> Développer l’économie mixte et notamment intégrer l’économie de fonctionnalité dans le système d’offre des entreprises, comme l’ont fait Michelin, Xerox, et bien d’autres.

> Développer l’économie du partage, émergente et fortement en croissance via Internet.

> La régulation des marchés et le lobbying auprès des pouvoir publics pour faire avancer les législations souvent bloquantes (on l’a vu sur le recyclage), ou réticente sur des initiatives de l’économie du partage (on l’a vue récemment avec le secteur de l’hôtellerie faisant front contre Air B&B pour concurrence déloyale).

Pour terminer sur une note positive, j’ajouterai que ces nouveaux marchés s’accompagnent d’un courant de pensée nouveau plus structurel et lié à la révolution numérique.

On observe aujourd’hui l’émergence de nouveaux partis politiques, les révolutions arabe se sont produites en appui sur un solide réseau social de la toile, les idées circulent plus vite, l’éducation est bouleversée par un accès plus rapide et facile à l’information en général. Toutes les valeurs et notre vision du monde évolue très vite et les initiatives individuelles peuvent être suivies beaucoup plus rapidement.
Ce qui peut signifier : plus de pouvoir individuel d pour l’action, et plus de cohésion collective pour avancer vers une économie plus responsable ?

Ce courant de pensées humaniste, ou responsable selon les cas, incitera peut être les hommes à évoluer dans leurs vision du monde, car, plus que les actions, ce sont les idées qui changent le monde.
La question sera « dans quelle mesure ? ».

La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le créer.
Bénédicte BENDER

Publicités

, ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :