Trois questions clés pour s’engager en formation


Trois questions clés pour s’engager en formation

Florence Durand / Directrice de Centrale Paris Executive Education | Le 30/06 à 09:55

S’il est bien un sujet qui ne souffre pas le manque de préparation et de réflexion amont, c’est sans doute le choix d’un parcours de formation. Il s’agit d’un engagement important en termes de temps et d’argent, qui appelle un retour sur investissement. Quelles sont alors les « bonnes » questions à se poser ?

La première concerne la place accordée au parcours dans un agenda aux multiples contraintes : quelles sont mes disponibilités par rapport à mes activités professionnelles ? Selon le métier ou le secteur d’activité, la réponse sera sensiblement différente. Les organismes de formation les plus sérieux s’attachent à proposer des solutions adaptées, sous forme de sessions organisées le soir, les fins de semaine ou durant l’été. Des solutions qui séduisent un nombre croissant de candidats à une formation, preuve de leur pertinence.

La seconde est tout aussi importante – voir plus : qu’est-ce que je souhaite acquérir, et de quelle façon ? Si la personne qui envisage une formation a déjà une idée plus ou moins précise, celle-ci gagne à être challengée avec le responsable RH et le manager direct. C’est sur la base d’un échange approfondi, dans une dynamique de co-construction, que le projet et ses objectifs vont se préciser.

La définition des modalités de formation nécessite également une réflexion poussée : présentiel, e-learning ou blended, quelle formule me convient le mieux ? Ai-je besoin avant tout de mises en situation ou d’éclairages théoriques ? Le « rich media » ou encore les serious games, en plein essor, peuvent également se révéler utiles pour renforcer l’acquisition sur un temps de formation réduit.

Last but not least, la question du financement : comment mon projet de formation peut-il être financé ? En fonction des priorités de l’entreprise, celle-ci peut prendre en charge l’intégralité ou seulement une partie des coûts. Le compte personnel de formation, qui remplace le droit individuel à la formation (DIF bientôt le CPF dans le cadre de la nouvelle réforme de la formation professionnelle), pourra être utilisé de façon autonome par le salarié, à titre individuel ou avec l’accord (et l’abondement éventuel) de l’employeur. Plus le parcours de formation apportera à la fois une plus-value individuelle et collective, donc au profit du collaborateur ET de l’entreprise, plus celle-ci sera prête à supporter l’intégralité du financement.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-102384-trois-questions-cles-pour-sengager-en-formation-1019736.php?ePGYlJeTdlk7Uurx.99

Advertisements
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :