« Former ses salariés pour évoluer »


Article Ouest france – Mercredi 23 avril 2014
Les PME du secteur de Dinan forment leur personnel à l’anglais, au « merchandising » ou au E-commerce. Et ça marche. Les premiers stages ont fait des heureux.

Répondre localement aux besoins en formations des PME, tel est le but de cette opération soutenue par l’État, la communauté de communes et les organismes de formations. Ouest-France

On appelle cela la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). Derrière cette appellation, a été lancée, en décembre 2012, une opération qui a consisté à repérer les besoins des commerçants, artisans et entreprises. Tout particulièrement en matière de formation. « 380 entrepreneurs ont joué le jeu, en répondant à notre enquête lancée il y a un an », assure Jean-Yvon Bruno, chargé de mission aux Agefos-PME.

De ce diagnostic ont émergé plusieurs propositions de formations, qui ont donné un vrai coup de pouce aux stagiaires. Les témoignages proposés, hier matin, lors d’un bilan à mi-opération, allaient tous dans le même sens.

Des salariés et des stagiaires

Côté vitrines « merchandising », par exemple, une dizaine de stagiaires a bénéficié d’une journée de formation et même d’un suivi dans leur propre magasin. « Chez Cavavin, rue des Rouairies, j’ai l’habitude, en tant que franchisé, de bien communiquer. Mais je suis toujours curieux de voir ce qui peut se faire. J’ai appris à être créatif et à changer de vitrine toutes les trois semaines. »

C’est au centre de formation Steredenn qu’une douzaine de salariés, commerce, garage, librairie, photographe, alimentation, coiffure, ont retrouvé leurs bases scolaires d’anglais, pour assurer un accueil en anglais.

Au garage Citroën, Frédéric Brenet le confirme : « C’est devenu essentiel. On a affaire à une clientèle anglaise de plus en plus, pour des réparations bien sûr, mais aussi pour des ventes. Le plus difficile, c’est de se lancer. »

La chambre de commerce et d’industrie des Côtes-d’Armor a, de son côté, proposé une formation aux entreprises qui réfléchissent à se lancer à l’export. Un vrai besoin : « Dix-sept stagiaires sont venus de sept entreprises, là aussi, pour oser aborder des interlocuteurs anglophones, en situation professionnelle. »

De même, huit entreprises ont appris les éléments indispensables à maîtriser, pour pouvoir répondre aux appels d’offres publics. « On regrette parfois de ne pas voir figurer d’entreprises locales dans nos appels d’offres », reconnaît René Benoit, le président de Dinan communauté.

Là aussi, huit entreprises ont participé à la formation, « constituer un dossier de candidature, acquérir le vocabulaire technique et savoir se démarquer face à des plus gros. » Morgane Bourcier, de l’entreprise Néocycle, en était.

Une ombre au tableau

Une ombre au tableau toutefois, « la difficulté à mobiliser les artisans, reconnaît Jean-Yvon Bruno. Ce n’est pas facile d’être à la fois sur le chantier et à envisager l’évolution de son entreprise. »

D’autres propositions de formations vont suivre : « recruter », ou encore « le tutorat », en mai prochain, sur deux jours.

À suivre, « la gestion des clients difficiles », « les artisans d’art : mieux vendre ses réalisations », « booster ses ventes », ou encore « Le E-commerce ».

Source : http://www.entreprises.ouest-france.fr/article/former-ses-salaries-pour-evoluer-23-04-2014-142514?utm_source=rss&utm_medium=ofentreprise&utm_campaign=rss_info_toute

Advertisements

, , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :