Améliorer l’architecture pour favoriser les apprentissages ?


France Inter podcat / le Jeudi 30 Janvier 2014 à 11:45

Partager

Y a-t-il un lien entre architecture scolaire et réussite des élèves ? C’est la question qui parcourt le dernier numéro de la revue internationale d’éducation…

Revue publiée par le CIEP, qui vient de paraître. Elle ne permet pas de trancher pour une raison toute simple : la notion de réussite varie dans le temps et dans l’espace, or, selon la revue,  » la définition de l’espace scolaire dépend étroitement de la conception qu’une société se fait de l’éducation et de la pédagogie « .

Y a-t-il une conception dominante ?

Oui. Elle est traditionnelle. Elle se caractérise essentiellement par le découpage entre espace d’enseignement et espaces communs. 4 murs, 65 mètres carrés, une trentaine de sièges, c’est pour la classe. Le geste architectural, on le trouve ailleurs, dans les halls, les cafeteria, les cours de récréation…

Faire beau, c’est important ?

Pas forcément. Luca Paltrinieri, un des coordinateurs de la revue, pointe un paradoxe :  » On s’aperçoit que plus l’espace sco­laire est beau et moins les usa­gers ont ten­dance à se l’approprier.  »  En fait,  » Le geste esthé­tique ne doit pas l’emporter sur la fonc­tion­na­lité des bâti­ments « . En outre la transparence totale peut être oppressante pour les élèves ; c’est comme dans les open sapces dans les bureaux : vivre en permanence sous le regard des autres, c’est une forme de contrôle, qui n’est pas moins pesante. La transpa­rence totale, si elle  » favo­rise le besoin d’interaction sociale des ado­les­cents, en main­te­nant les contacts visuels « , a donc elle aussi ses limites.  » La transpa­rence totale n’est pas syno­nyme de liberté et de démo­cra­tie « , dit Luca Paltrinieri,  » le risque est de créer une société où tout le monde sur­veille tout le monde. Reste que selon les auteurs de la revue les espaces bien pensés  »  apportent des réponses aux pro­blèmes de vio­lence, en favori­sant le vivre ensemble « .

Quand on voit des architectures différentes, c’est qu’on a affaire à des pédagogies différentes.

Oui. On peut penser par exemple aux écoles à aires ouvertes – St Merri, à côté de Beaubourg, à Paris, est dans ce cas. Pas de murs entre les classes. Ça facilite la circulation, paradoxalement ça impose le calme – si tout le monde se met à crier, on ne s’entend plus – mais c’est avant tout fondé sur une approche pédagogique singulière. Et puis vous avez l’expérience de Reggio Emilia en Italie, pour les tous petits… C’est une expérience lancée en  1963, qui dure encore et qui est chaque année visitée par des acteurs de l’éducation du monde entier. Cette approche est basée sur des principes comme la démocratie et le droit des enfants, qui passent par l’écoute, le dialogue et la participation (les familles, mais aussi les citoyens qui le souhaitent, font partie intégrante de la vie à l’école) – je cite ici  la description qu’en donnait la chercheuse Emilie Dubois en 2010 :  » À l’entrée de l’école, on trouve toujours une multitude de panneaux destinés aux parents, aux visiteurs, aux enfants. Ce sont des panneaux d’information où les événements importants et les projets de l’établissement sont affichés. Les salles de classe sont subdivisées en deux zones contiguës : la salle de cours et le mini-atelier. On y trouve aussi une salle de musique, une salle pour les archives, une grande cuisine ouverte, une cantine elle aussi ouverte, des petites bibliothèques, un atelier  »

Qu’est-ce qui limite l’innovation en France ?

Beaucoup de choses ; D’abord la façon dont l’école s’est structurée, son côté sanctuaire, fermé, et la domination d’une pédagogie frontale où on n’apprend pas les uns des autres mais du maître. D’où le rapport à la classe, généralement fermée..

Idéal, ce serait de moduler…

Oui ; et c’est ce qu’on voit désormais dans le supérieur avec le modèle de la D School de Stanford : tout est mobile donc l’espace s’adapte aux besoins. On peut faire des grandes salles de 100 personnes ou des mini ateliers pour 4. En Australie, un coup de pro­jec­teur est donné sur quatre établis­se­ments secon­daires qui ont opté pour des choix de confi­gu­ra­tion auda­cieux : les espaces d’apprentissage s’ouvrent, le mobi­lier est monté sur rou­lettes, les cloi­sons sont mobiles pour per­mettre davan­tage de flexi­bi­lité, des  » quar­tiers  » d’apprentissage sont créés et les TICE sont acces­sibles en tout lieu et à tout moment…

Le problème c’est d’anticiper…

Oui, on construit pour longtemps. C’est ce que rappelle le proviseur Philippe Tournier,  » on construit tou­jours pour une période qui excède le temps de nos croyances pédagogiques  »

A l’arrivée, a-t-on des espaces adaptés ?

 » Il ne s’agit pas de dire que les espaces sco­laires sont inadap­tés en France « , explique Maurice Mazalto, l’autre coordinateur du dossier :  » les lois de décentralisation et le trans­fert des res­pon­sa­bi­li­tés aux col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales ont per­mis de faire émer­ger des archi­tectes régio­naux plus proches de leur envi­ron­ne­ment et plus investis dans les pro­jets d’établissements sco­laires.  » Il rappelle aussi que  »  Les collectivi­tés ter­ri­to­riales ont repris en main un patrimoine en déshérence. « . Mais à l’évidence Nos établissements sont encore majoritairement conçus comme des lieux où l’enseignement est central et pas l’apprentissage. En tout cas dans le scolaire, qui serait bien inspiré de regarder du côté du supérieur où les learning labs se multiplient, des espaces modulaires, coopératifs , qui permettent aussi bien le cours magistral – car il a toujours ses vertus – que le travail en petit groupe, des espaces aussi qui font une large place aux technologies de l’information et de la communication.

Source : http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/question-d-education/ameliroer-l-architecture-pour-favoriser-les-apprentissages-1299807-2014-01-30

Advertisements

,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :