Formation professionnelle: une machine complexe et inégalitaire


publié le 22/09/2013 à 13:19, mis à jour à 13:19

PARIS, 22 sept 2013 – La formation professionnelle à la française est un maquis que les dernières réformes (2004, 2009) n’ont pas simplifié et qui bénéficie surtout aux salariés déjà les mieux formés. Le gouvernement veut l’ouvrir davantage aux jeunes, salariés peu qualifiés et chômeurs.

UN FINANCEMENT COMPLEXE ET ÉCLATÉ

31,5 milliards d’euros ont été dépensés en 2010 pour la formation professionnelle continue et l’apprentissage.

Les entreprises sont les premiers contributeurs avec 13,1 milliards. La loi fondatrice de 1971 leur impose de financer la formation. Elles peuvent s’acquitter de leur contribution (variable selon leur taille) de deux manières: financer directement des formations pour leurs salariés (en interne ou en faisant appel à des prestataires) ou faire des versements à des organismes de branche gérés par le patronat et les syndicats (6,3 mds mutualisés en 2010). Ces « OPCA » redistribuent ensuite les fonds aux entreprises qui engagent des formations.

Au total, l’effort de formation des entreprises de plus de 10 salariés représente 2,7% de leur masse salariale.

L’Etat est le deuxième financeur avec 10,8 milliards engagés (dont plus de 6 mds pour former ses propres agents). Viennent ensuite les régions (4,4), des organismes (dont Pôle emploi) et les ménages eux-mêmes.

Les formations sont assurées par une nébuleuse de 50.000 prestataires, dont 15.000 organismes, formant l’essentiel des 11 millions de stagiaires.

PREMIERS BÉNÉFICIAIRES: LES SALARIES LES MIEUX FORMES

Conçu dans un contexte de plein emploi pour élever les compétences des salariés, le système bénéficie toujours majoritairement aux actifs en poste.

Tous financeurs confondus, 62% des fonds sont utilisés pour les salariés (83% des dépenses des entreprises), 25% pour les jeunes formés en alternance et 12,5% pour les chômeurs (1% des dépenses des entreprises).

La création, en 2009, du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP) fut un premier pas pour orienter une petite part des ressources des entreprises vers la formation des chômeurs et salariés peu qualifiés, maillon faible de la formation continue.

Paradoxe: les plus diplômés sont ceux qui se forment le plus: 32 heures en moyenne par an pour un cadre Bac+3 et plus, 5 heures pour un employé sans aucun diplôme. La taille de l’entreprise est un facteur aggravant: 16% des ouvriers des entreprises de 10 à 19 salariés ont eu une formation dans l’année contre près de 70% des cadres des grandes entreprises.

Les pourfendeurs de l’obligation légale relèvent que le système induit une obligation de dépense, pas de former les salariés qui en ont le plus besoin.

UNE MINORITÉ DE CHÔMEURS ACCÈDENT A UNE FORMATION

En 2011, 566.000 chômeurs ont débuté une formation. Entre 10 et 20% des demandeurs d’emploi, estime l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Contre 48% des salariés en poste (en 2011).

Décrocher une formation est un parcours du combattant pour les chômeurs: aucune information n’est centralisée, les critères d’éligibilité multiples, les financements croisés (Régions, Pôle emploi, OPCA, Etat, fonds de formation).

Là encore, les études soulignent les inégalités d’accès: ce sont les chômeurs les plus qualifiés qui accèdent à une formation. Les délais d’entrée sont longs: plus de quatre fois sur dix, les demandeurs d’emploi doivent attendre six mois (rapport Marx, 2010).

D’une durée moyenne de 4,4 mois, les formations des demandeurs d’emploi peuvent viser une remise à niveau générale, apprendre un métier ou se perfectionner, passer un diplôme ou tout simplement savoir chercher un emploi.

A court terme, le passage par la case formation a un impact limité sur le retour à l’emploi. Il a même tendance à allonger la période de chômage. Ses effets positifs se mesurent à plus long terme: employabilité préservée et emploi en général plus stable.

Selon Pôle emploi, moins d’un chômeur sur deux ayant suivi une formation en 2012 déclarait être en emploi six mois après.

(Sources: ministère du Travail, Cereq, Insee, Pôle emploi)
Source : http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-entreprise/formation-professionnelle-une-machine-complexe-et-inegalitaire_43149.html

Advertisements

,

  1. #1 par Pourquoi Je Ne Peux Pas Faire De L argent En Ligne le 8 octobre 2013 - 08:10

    Merci bien pour cette veritable source d information.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :