La Khan Academy, l’école du futur


LE MONDE | 27.08.2013 à 18h34 • Mis à jour le 28.08.2013 à 11h10 | Par Maryline Baumard

Vous rêvez pour la rentrée d’un professeur de mathématiques à domicile capable de résoudre au pied levé les soucis de votre écolier. Un soir, il pourrait réexpliquer la technique de la division à retenue, le lendemain reprendre avec patience et clarté l’addition des fractions…

Dans vos résolutions de fin d’été, troquer vos explications embrouillées, les mains dans la farine du dîner, par des conseils de professionnels, sans grever le budget familial en cours particuliers, figure en bonne place. Restez « zen », votre solution pourrait bien s’appeler Salman Khan.Pas sûr qu’il existe un professeur qui ait plus d’élèves ! Sous ses airs d’éternel adolescent, l’Américain de 36 ans a déjà fait résoudre 1,2 milliard d’exercices de mathématiques aux 280 millions de visiteurs qui ont déjà fréquenté sa Khan Academy.

Sur une bonne partie de la planète, c’est une véritable institution, avec ses 6 millions d’utilisateurs réguliers qui se repassent ses 4 500 vidéos gratuites, pour comprendre les mathématiques, la physique, l’histoire des arts ou la finance.

Les « Khan-addicts » sont déjà « dix fois plus nombreux que les étudiants passés par Harvard depuis sa création en 1636 ! », se réjouit l' »omni-prof » dans L’éducation réinventée (Lattès, 312 pages, 20,50 euros), un essai sur son aventure, qui sortira le 28 août. L’Américain reste persuadé qu’il ne s’agit, ici, que d’un avant-goût de la fréquentation à venir de son site.

250 VIDÉOS DISPONIBLES LE 28 AOÛT

En France, l’atterrissage se fait en douceur. « Le 28 août, 250 vidéos seront disponibles, 800, fin décembre, et, en janvier 2014, la banque d’exercices et d’évaluations en mathématiques sera traduite et mise gratuitement en ligne », annonce l’historien Patrick Weil, au nom de Bibliothèque sans frontières qu’il dirige.

Cet organisme non gouvernemental de développement culturel du monde francophone, qu’il a fondé il y a sept ans, partage, avec la Khan Academy, le rêve d’un savoir gratuit accessible au plus grand nombre. Pour que le site s’ouvre à la conquête des terres francophones, il a fallu que la Fondation Orange débourse 320 000 euros en traduction et en adaptation. Une mission assurée par un groupe de doctorants et supervisée par Salman Khan.

« Sal », comme il se fait appeler, s’est lancé, en 2006, dans cette aventure en ligne qui présente la trame classique d’un conte de l’Oncle Sam. Si Steeve Jobs a accouché d’Apple dans un garage, Bill Gates de Microsoft dans des conditions tout aussi précaires, le financier a mis son bébé au monde dans un placard. Ou, plus exactement, n’exagérons rien, dans « un dressing ».

L’auditeur financier a conçu ses premiers cours pour aider sa petite-cousine collégienne en train de sombrer corps et biens en mathématiques. Il s’est offert une caméra peu onéreuse, a filmé un tableau noir, posant sur les chiffres et équations une explication en « voix off » ; le tout posté sur YouTube, donc ficelé dans un format inférieur à douze minutes.

Très vite, les vidéos ont commencé à circuler et quelques établissements scolaires s’y sont intéressés comme support initial pour entamer l’enseignement d’une notion.

ALTERNATIVE INSTITUTIONNELLE

La simplicité de cet outil, sa gratuité et sa pertinence, ont permis les premiers pas d’une révolution silencieuse aux Etats-Unis et ailleurs. « J’étais au Brésil en janvier 2012, raconte Jean-Manuel

Bourgois, vice-président de Bibliothèque sans frontières, lorsque les premières vidéos ont été traduites en brésilien. Cela a pris comme un feu dans la savane au point, qu’aujourd’hui, 12 000 enfants de 350 classes travaillent déjà en cours avec, et que 3,5 millions de films y ont été visionnés. »

Aux Etats-Unis, 200 000 élèves s’en servent en cours, mais cet usage institutionnel ne représente que 10 % du trafic du site.

L’idée de Salman Khan est pourtant d’offrir une alternative institutionnelle aux pays qui manquent de professeurs et d’en finir avec les cours classiques dans la partie développée du globe. Autant dire de répondre aux besoins de la planète entière ! Lui qui a séché les cours magistraux de Harvard – fussent-ils délivrés par des Prix Nobel –, estime le format offert par nos établissements scolaires, de l’école primaire à l’université, ennuyeux et dépassé.

En revanche, il mise sur le concentré – 10 minutes –, la gratuité et le nomadisme. Ce sont, à ses yeux, les concepts clés de l’école de demain. « J’ai toujours voulu créer l’enseignement que j’aurais aimé recevoir », répète-t-il depuis 2006, et il s’avère que cela plaît à d’autres.

INSOLENTE GRATUITÉ

Gageons toutefois qu’avant de passer le seuil des écoles françaises, les vidéos vont tourner en soutien scolaire, secteur où le pays est champion avec ses 2,2 milliards d’euros dépensés par les familles, selon un rapport 2011 rédigé pour la Commission européenne, par Mark Bray, de l’université de Hongkong.

Et ça commence très tôt puisqu’un collégien sur dix reçoit déjà sa dose à la fin du premier trimestre de sa classe de 6e. Avec son insolente gratuité, M. Khan pourrait bien perturber les tenants du business et offrir une alternative aux cours payants qui marquent le pas depuis la crise.

D’autant qu’en France, l’aventure ne fait que commencer. Après les mathématiques pour le primaire, Bibliothèque sans frontières souhaite élargir sa vidéothèque sur les concepts étudiés au collège puis au lycée, avant de passer à d’autres disciplines. « Nous pensons évidemment à l’apprentissage de l’entrée dans l’écrit, mais il nous faudra créer les vidéos de toutes pièces », anticipe Patrick Weil. Un autre défi en perspective.

baumard@lemonde.fr

Source : http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/27/la-khan-academy-l-ecole-du-futur_3467236_3234.html

Publicités

,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :