Chômeurs ou salariés ? Qui doit profiter du magot de la formation professionnelle ?


Créé le 17-02-2012 à 14h26 – Mis à jour à 17h42   Par Challenges.fr

François Fillon a précisé le projet de Sarkozy pour réduire le chômage. Les 30 milliards d’euros que gèrent les partenaires sociaux au titre de la formation professionnelle serviraient « massivement » à la formation des demandeurs d’emploi. Le Medef n’est pas convaincu.

Nicolas Sarkozy AFP

Nicolas Sarkozy AFP

La réforme de la formation des chômeurs proposée par Nicolas Sarkozy consisterait à prendre les 30 milliards d’euros de la formation professionnelle pour les affecter « massivement » à la formation des demandeurs d’emploi, a précisé vendredi 17 février le Premier ministre François Fillon.

« Il veut demander aux partenaires sociaux de se mettre d’accord sur une réforme qui consisterait à dire: on prend les 30 milliards de la formation professionnelle qui sont éclatés entre tout un tas d’organismes et de groupements. On prend ces 30 milliards et on les affecte massivement à la formation des chômeurs », a expliqué sur RTL le chef du gouvernement.

Les chômeurs « qui ne sont pas susceptibles de retrouver un emploi dans un délai très court » se verront offrir une formation qualifiante, soit pour améliorer leurs compétences dans leur métier, soit pour se réorienter, a poursuivi François Fillon.

Le recours au référundum

En cas de refus des partenaires sociaux, Nicolas Sarkozy propose d’organiser un référendum. « On peut poser la question aux Français de savoir s’ils approuvent un projet de loi qui permet de transférer ces 30 milliards, l’autorité sur la gestion de ces fonds de la formation professionnelle à la formation des demandeurs d’emploi », a encore expliqué le chef du gouvernement.

« Nous avons essayé de le faire deux fois. Deux fois », a-t-il insisté: en 2003 en 2009. « Rien n’a changé parce que les organisations patronales veulent garder la main sur l’argent de la formation professionnelle qui, d’ailleurs, sert aussi à faire fonctionner ces organisations; les organisations syndicales veulent garder la main sur l’argent », a accusé le Premier ministre, en critiquant les corps intermédiaires comme l’a fait le président Nicolas Sarkozy dans son discours d’Annecy.

L’Unédic et la CGT dénoncent la manoeuvre

De son côté, le nouveau président de l’Unédic, Jean-François Pilliard (Medef), a regretté que le sujet de la formation des chômeurs était « fort mal posé ». Pour lui, « la formation est l’un des moyens » mais pas le seul.

La question « n’est pas combien de chômeurs je vais former (…) mais comment peut-on faire, en tant qu’acteur responsable, pour faire en sorte que les nombreux emplois disponibles en France puissent permettre à des hommes et des femmes qui sont éloignés de l’emploi, d’y arriver », a-t-il estimé sur BFM Business.

Même désaccord du côté de la CGT. François Fillon « mélange tout » quand il suggère que les fonds de la formation professionnelle pourraient aller à la formation des demandeurs d’emploi, a déclaré à l’AFP Maurad Rabhi, membre de la direction confédérale de la CGT.

« Ces 30 milliards sont une cotisation qui sert à former les salariés en entreprise, ça n’a rien à voir, c’est un hors sujet », a réagi M. Rabhi. Les déclarations du Premier ministre « sont la démonstration même qu’il connaît mal le sujet ou qu’il cherche à instrumentaliser les Français », a-t-il ajouté.

(Avec AFP et AP)
source : http://www.challenges.fr/elections-2012/20120217.CHA3358/chomeurs-ou-salaries-qui-doit-profiter-du-magot-de-la-formation-professionnelle.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s