Le droit à la formation oublié des salariés


Catherine Trigolet (à gauche) et Catherine Bangura vont travailler ensemble pour mieux répondre aux besoins de formation des salariés.

vendredi 02 septembre 2011

Catherine Trigolet (à gauche) et Catherine Bangura vont travailler ensemble pour mieux répondre aux besoins de formation des salariés.

Deux sociétés saboliennes ouvrent leurs portes pour informer et conseiller les travailleurs sur les droits à la formation.
C’est un constat, les employés n’osent pas utiliser leur droit individuel à la formation. « Je rencontre beaucoup de personnes qui paient de leurs propres deniers un bilan de compétence », atteste Catherine Trigolet, de la société Compétences et Projets. Même constat pour Catherine Bangura à la tête de Le cours de français.com : « Je vois de plus en plus de gens qui viennent se remettre à niveau en français. Ils s’autofinancent alors qu’ils ont plus de 120 heures de crédit formation Dif. C’est aberrant. »

Pourtant, ces deux démarches entrent dans le droit individuel à la formation. Les deux jeunes chefs d’entreprises saboliennes ont décidé de se rapprocher pour ensemble lever ce tabou. « Il faut tout d’abord rappeler que toute remise en cause sur son activité est bonne pour le salarié et pour l’entreprise. D’un côté, les employés n’osent pas en parler à leur supérieur et peut-être ainsi avouer une faiblesse. Quant aux responsables, ils considèrent souvent que formation égale départ. C’est faux, c’est souvent pour évoluer ou pour faire un point à un moment de leur carrière », remarquent les deux spécialistes.

Les conseils et la formation varient en fonction des demandes et de la pyramide des âges. Entre 25 et 35 ans, le salarié est à la recherche de conseils pour avoir une meilleure visibilité de sa carrière. Vers 35-45 ans, c’est essentiellement pour voir comment il peut évoluer dans son entreprise. Et enfin, les seniors, de plus en plus nombreux, cherchent à savoir comment valoriser leur acquis ou transmettre leur savoir.

Les deux femmes invitent vivement les salariés mais aussi les chefs d’entreprises à venir se renseigner, débattre des avantages, à faire des bilans de compétences et/ou se former pendant leurs portes ouvertes.

Murielle Desmoulins.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s