Le droit individuel à la formation trouve enfin son public


L’actualité Carrière & Management- Le 29/03/2011 à 14:26

Le droit individuel à la formation trouve enfin son public
© REA

Près d’un salarié sur deux fait valoir son droit individuel à la formation (DIF). En sept ans, il s’est imposé dans les entreprises, note l’enquête annuelle publiée par Demos, le spécialiste de la formation continue.

Sept ans après sa création, le DIF sort enfin de l’ombre. Une majorité (95%) des 1.400 salariés interrogés par Demos connaît ce dispositif, qui leur permet cumuler un crédit de 20 heures de formation par an.
Résultat : près d’un employé sur deux a déjà utilisé ses heures pour se former. Parmi les formations les plus demandées, l’anglais, la bureautique, le développement personnel et le management, le plus souvent en dehors du temps de travail. Toutefois, très peu de salariés font bon usage de leur DIF. Beaucoup ignorent notamment qu’au-delà de 120 heures, le compteur est bloqué ou que les droits acquis sont « portables ». Autrement dit, vous conservez les heures cumulées pendant deux ans, même si vous changez d’employeur.
Autre bémol : un tiers des demandes de DIF sont refusées en raison du peu de rapport entre la formation choisie et Iles métiers de l’entreprise et des budgets trop limités.
Il faut dire que les DRH ne valorisent pas assez ce droit auprès de leurs salariés. Sur les 300 employeurs interrogés, seule une entreprise sur cinq et un organisme public sur dix a mis en place un catalogue spécifique. C’est justement pour récompenser les sociétés qui font des efforts dans la matière, que Demos a mis en place les Trophées du DIF, il y a cinq ans. Cette année, le spécialiste du transport express, TNT, reçoit la palme d’or pour ses parcours personnalisés proposés à ses 4.647 salariés. Dans la catégorie « moins de 500 salariés », les Grands Moulins de Paris arrivent sur la première marche du podium. Dans cette PME, le taux d’accès à la formation a en effet progressé de 72% à 98% en un an, dont 19% de DIF. Parmi les organismes publics, la Mairie de Cugnaux près de Toulouse arrive en pôle position, trois ans après l’ouverture du dispositif au secteur public. Des exemples à suivre, donc.
Le podium des Trophées du DIF 2011 : Les plus de 500 salariés :
1. TNT (transports routiers, Lyon (69), 4.647 salariés)
2. BCA Expertise (automobile, Asnières (92), 1.230 salariés)
3. Valrhona (alimentaire, Tain L’Hermitage (69), 500 salariés)
Les moins de 500 salariés :
1. Les grands moulins de Paris (Agroalimentaire, Gennevilliers (92), 250 salariés) 2. TIL Technologies (Sécurité électronique pour les bâtiments, Aix-en-Provence (13), 59 salariés.
3. Entreprise adaptée DSI (industrie, Blagnac (31), 355 salariés dont 80% de travailleurs handicaptés)

© Capital.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s