On dit que les Français sont nuls en langue. Est-ce un mythe ou une réalité ?


Cours particuliers ou collectifs ? « Pour choisir il faut bien se connaître », conseille Laetitia Gobé, professeur d'anglais.On dit que les Français sont nuls en langue. Est-ce un mythe ou une réalité ?
Selon les résultats enregistrés au niveau européen, c’est une réalité. Mais cela dépend aussi de quels Français on parle. Le niveau d’anglais dépend beaucoup des classes sociales. Donc, en pratique, les Français ne sont pas forcément tous nuls, ils manquent surtout de pratique.
Les Français ont-ils des handicaps phonétiques pénalisants par rapport à la nature même de leur langue ?
La phonologie du français est totalement différente de celle de l’anglais. Il y a des sons en anglais qui n’existent pas en français. Il y a notamment le problème de la prononciation du « th ». Les intonations sont différentes.
Une bonne prononciation de l’anglais s’acquiert en pratiquant et surtout en écoutant beaucoup. Comment on explique que des gens ayant passé le bac il y a vingt ans, et qui ont donc étudié pendant sept ans, n’arrivent pas à prononcer un mot aujourd’hui ?
L’accent était peut-être mis davantage sur l’écrit quand ils étaient à l’école. C’est ce qui change en ce moment dans l’Éducation nationale où l’accent est beaucoup plus mis sur l’échange réel, l’interaction.

Cours collectifs ou cours particuliers ? Comment choisir ?
Cela dépend de chacun. Certaines personnes ont très peur de l’image qu’elles vont renvoyer devant un groupe. Cela peut bloquer. Il faut mieux qu’ils prennent des cours individuels. Et il y a des gens qui ont besoin de communiquer et d’échanger, le cours individuel leur restreint donc les possibilités d’interaction.
Il faut donc bien se connaître.

Comment choisir et évaluer un institut de formation ?
Il y a beaucoup de centres de formation qui se sont mis en place suite au DIF (droit individuel à la formation). C’est un marché assez lucratif. Et on voit de tout et n’importe quoi. Il faut se méfier. Ce n’est pas parce que l’on va facturer soixante euros de l’heure que vous aurez pour votre argent. Pour vingt-cinq ou trente euros, il y a des cours particuliers, donnés par des particuliers, qui sont aussi bien voire mieux.

Les boîtes de formation sélectionnent leurs enseignants avec des critères très larges. En général, un bac + 3 suffit. Et certaines ne demandent même pas de fournir les photocopies de diplôme aux professeurs. Il y a des arnaques.
Avant de choisir, il faut d’abord avoir un face à face avec l’enseignant et surtout demander à faire une première heure d’essai sans signer quoi que ce soit. Des organismes demandent de signer des contrats sur vingt ou quarante heures, et une fois que l’on est embarqué, c’est trop tard.
Il faut demander les qualifications des enseignants et être bien sûr qu’il ne s’agit pas seulement d’étudiants de troisième ou quatrième année de fac, même s’il y a des bons parmi eux.

Peut-on apprendre l’anglais en s’amusant ?
Ce n’est pas que l’on peut, mais c’est qu’il faut. Lorsque l’on apprend une langue vivante, on a la chance de pouvoir parler de tout. Ce n’est pas le cas avec les maths ou d’autres matières. Donc, on peut choisir un thème de texte ou de conversations qui intéresse chaque individu. Mais on peut aussi être masochiste et prendre des bouquins de vocabulaire ou d’expressions et les ingurgiter de A jusqu’à Z…

Publié le mardi 31 août 2010 à 11H00

Advertisements