À Carrefour, les salariés retrouvent les bancs de l’école


Annie Duhain est assistante de caisse au magasin Carrefour, boulevard de l’Épinette, à Maubeuge. À 58 ans, elle a suivi une formation de neuf mois pour se remettre à niveau en français.

Une formation intitulée « Le français, c’est du chinois », et dispensée dans tous les magasins Carrefour de France et de Navarre.

Celui de Maubeuge a fait partie de la première vague d’une longue liste, au même titre que Denain, Fourmies et Valenciennes. Au total, 32 personnes de la région ont suivi cette formation à Maubeuge dont neuf du Carrefour de l’Épinette. Une formation proposée par un organisme indépendant spécialisé (IPTR).

Pour Annie Duhain, cette formation représente « une chance de progresser dans sa vie professionnelle et personnelle. » Et d’ajouter : « J’avais du mal à rédiger mon courrier alors je me suis dit que cette formation était l’occasion d’être plus à l’aise avec le français. » Pas évident de motiver les salariés à retourner sur les bancs de l’école, d’autant que pour certains c’est un mauvais souvenir. Pour cela, l’entreprise a mis en place une journée de formation par semaine d’octobre à juin sur le temps de travail.

Aujourd’hui, Annie Duhain, avoue se sentir « mieux dans sa tête. » Et même si son fils de 32 ans tourne en dérision son diplôme reçu fin juin, elle s’en contrefiche. « Je trouve ça bien de continuer à progresser même à mon âge et j’en suis fière de mon diplôme. »

Pour Florent Coumau, manager et pilote du projet Evoluo au sein de l’enseigne, cette formation est une aubaine pour les salariés et l’entreprise. Et de préciser : « C’est que du positif car les salariés se sentent mieux dans leur tête et du coup ça se ressent forcément sur leur travail. »

Un projet positif

Grâce aux ateliers d’expression orale, les salariés se sont pris au jeu de la conversation. « Pour certains, prendre la parole en public était impensable avant cette formation », confie Annie Duhain. Et d’ajouter : « Mais on avait un bon groupe, et ça a permis à chacun de se libérer, il n’y avait pas de moquerie entre nous. » Les salariés se sont ainsi prêtés au jeu d’imiter Jean-Luc Delarue.

Pourquoi lui ? Eh bien tout simplement pour poser plein de questions à une personne et tester sa capacité à argumenter en public. Ils ont dû également organiser un débat sur le thème du jeu vidéo en argumentant un point de vue contraire à leur opinion. « C’est bien, cela nous a forcés à nous mettre dans la peau de quelqu’un d’autre, ça nous aide dans le relationnel avec les clients », confie Annie Duhain. Si c’était à refaire, Annie Duhain recommencerait sans hésiter : « Le plus difficile a été de se remettre au plus-que-parfait et tout ça mais je ne regrette pas cette formation. » Et la lecture dans tout ça ? « C’est difficile après le travail mais dès que je vais être en vacances je vais acheter plein de livres, promis. » •

Source : dimanche 11.07.2010,  La Voix du Nord
KATHLEEN JUNION

Publicités

, , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :